Ostéopathie et sport

Bien pratiqué, le sport est l'une des clefs de voûte de la bonne santé. Exercé dans de mauvaises conditions, il peut être responsable de nombreux problèmes voir même de blessures.

L'ostéopathe s'assure lors d'un interrogatoire médicalisé que le niveau du sportif correspond aux objectifs que ce dernier s'est fixé. On ne peut pas atteindre un niveau professionnel en s'entrainant une fois par semaine. Tout est question de proportion, de régularité et de progression. Il faut ainsi faire attention à l'activité que l'on peut faire en fonction de son âge, de ses aptitudes, de ses problèmes physiques ou encore de son niveau.

Dans un second temps, l'ostéopathe observe le corps du sportif, le teste et en fonction de ce qu'il aura trouvé, il traitera les blocages afin de lui rendre un maximum de mobilité, de soulager les douleurs et de lui donner de plus grandes capacités d'adaptation aux contraintes extérieures liées ou non à l'activité.

Enfin, en fonction de ses compétences et/ou connaissances, l'ostéopathe peut aider le sportif à corriger et à améliorer son geste et lui prodiguer des conseils relatifs à la pratique exercée (échauffement, étirements, hydratation, équipement, etc.).

Pourquoi consulter ?

Le sportif peut venir consulter l'ostéopathe en prévention, pour des douleurs de tous les jours (voir l'ostéopathie pour tous), pour des douleurs liées au sport, pour préparer une compétition ou encore pour aider à améliorer les performances.

En prévention

Que l'on soit sportif ou non, consulter un ostéopathe en prévention est la meilleure façon de faire. Pourquoi ce constat ? Le corps est capable de s'adapter aux contraintes du quotidien (mauvaise position, faux mouvement, mouvement répété, traumatisme, micro-traumatisme, modifications physiques, gravité, etc.). Il arrive cependant qu'à force de compenser on finisse par se bloquer. Certains blocages sont eux-mêmes parfois compensés, parfois non. C'est lorsque le corps n'arrive plus à s'adapter qu'il commence à se manifester. Dès lors on retrouve par exemple des douleurs, des gènes, des inconforts ou de réelles difficultés à bouger.
Même si consulter sans symptôme ne semble pas naturel, il est préférable d'être rééquilibré avant d'être ennuyé par ce genre de problématique.

Douleurs du sportif

Il est intéressant d'évoquer l'ostéopathie dans les cas suivants :

    • Douleurs lors de l'activité,
    • Tendinites chroniques,
    • Séquelles d'entorses,
    • Après un traumatisme (n'ayant pas eu de conséquence nécessitant une consultation chez le médecin comme une fracture, des saignements, une perte de connaissance, etc.)
    • Cicatrices,
    • Séquelles de fractures,
    • Douleurs du quotidien,
    • Etc.

Préparer une compétition, améliorer les performances

A l'image d'un travail de prévention, l'ostéopathe peut aider à préparer le corps pour une compétition ou pour améliorer ses performances. Il va pour ce faire le libérer et augmenter la mobilité globale du patient afin de lui donner une plus grande souplesse et une plus grande élasticité.
Les techniques utilisées ont également un rôle dynamisant. Elles ont une action de pompage hémodynamique ce qui signifie qu'elles stimulent la circulation artérielle, veineuse et lymphatique. Cela permet entre autre de faire circuler plus facilement l'oxygène et les nutriments et de drainer plus efficacement les toxines.

Signes nécessitant de consulter le médecin

Les blessures font partie intégrante du quotidien des sportifs et il est important de pouvoir déceler leur niveau de gravité. Il faut aussi avoir conscience des signes de certaines pathologies. Même si demander l'avis de votre ostéopathe est envisageable, une visite rapide en première intention chez votre médecin est conseillée dans les cas suivants (liste non exhaustive) :

    • Traumatisme important,
    • Risque de fracture,
    • Traumatisme crânien, choc sur la tête,
    • Torsion cervicale,
    • Maux de tête spontanés avec éventuellement nausées et/ou vomissements,
    • Saignements,
    • Craquement important lors d'un choc ou d'un faux mouvement,
    • Perte de connaissance,
    • Douleur intense et brutale sans raison apparente,
    • Trouble brutal de la vision,
    • Perte de force dans un membre,
    • Perte de sensibilité d'une partie du corps (hors cicatrices),
    • etc.